Participation au colloque T2M et au séminaire interne Sasha

L’équipe du PDR Genre et esthétique du vélo est heureuse d’avoir pu présenter la partie ethnographique de la recherche consacrée aux rapports genrés que les cyclistes entretiennent avec les objets et accessoires liés à la culture vélo.

D’une part, le 21 septembre dernier, nous avons présenté la communication suivante “Bike bodies in Brussels: an ecological commitment for the benefit of a deconstruction of gender norms ?” lors de la conférence de l’International Association for the History of Transport, Traffic & Mobility sur le thème Mobilies: disruptions and reconnections à l’Université de Padoue en Italie.

D’autre part, le 14 novembre dernier, lors du séminaire interne du laboratoire de recherche Sasha de la Faculté d’architecture de l’Université Libre de Bruxelles avec une communication intitulée « Les assemblages vélo-cyclistes : des performances de genre en tension entre conformité et agency ».

Résumé de la recherche :

Les vélos, comme les voitures (Clarke 2007 ; Sheller 2004), sont des ” attributs ” genrés (Bonham & al 2015) qui sont investis émotionnellement et répondent à diverses formes de socialisation aux risques (Granié 2010 ; Murray 2008 ; Sayagh 2017) et aux normes dominantes de “féminité” et de “masculinité”. Nos recherches analysent les tensions actuelles qui se manifestent dans le rapport esthétique, sensible et affectif, au vélo dans les villes de Bruxelles, entre (1) les normes dominantes de ” féminité ” et de “masculinité ” (présentation de soi, mise en danger) et (2) les valeurs émergentes du vélo comme symbole d’une société alternative (mode de vie durable, valorisation de l’effort physique, pratique ludique) moins marquée par des relations de domination genrées. Le concept de performance de genre est ici utilisé pour analyser les procédés impliquant le corps, la gestuelle, et les façons de se montrer, de se représenter dans l’espace public à vélo, en pensant les concepts de « masculinité » et « féminité » comme étant potentiellement dissociés des corps des femmes et des hommes qui les performent. Afin d’avoir une compréhension fine des perceptions contextuelles, des normes culturelles et des attentes incorporées dans les relations genrées, affectives et en constante évolution entre le corps et le vélo, nous avons réalisé une enquête ethnographique, menée dans la ville de Bruxelles à partir d’une douzaine d’entretiens réalisés avec des personnes-ressources qui sont les témoins privilégiés des habitudes des cyclistes et des ethnographies mobiles.

Les entretiens ont été effectués auprès de vendeurs.euses, de mécanicien.nne.s. travaillant dans des ateliers, de personnes engagées dans des associations de cyclistes qui militent pour le développement du vélo ainsi que des services publics. L’objectif est de recueillir leurs points de vue d’expert-es concernant l’évolution des pratiques d’équipement à vélo depuis 1995 à Bruxelles et leurs impacts sur les performances de genre des cyclistes (Shaw & al., 2020), et leurs relations affectives avec l’objet vélo et les accessoires qui lui sont associés (Ahmed, 2004). Les ethnographies mobiles ont été réalisées avec une caméra go pro fixée sur le casque afin de capturer des images des déplacements quotidiens des cyclistes (Laurier, 2013) au sein d’itinéraires qui couvrent les régions urbaines étudiées (heures creuses/heures de pointe et rues locales et métropolitaines), dans des zones géographiques diverses avec des habitants aux profils socio-économiques variés. Ces ethnographies mobiles ont pour but de saisir les performances de genre des cyclistes (Butler, 1990) et leur présentation de soi (Goffman, 1959) dans leurs mobilités quotidiennes : positionnement du corps sur les vélos, type de vélos, dispositifs de sécurité, accessoires, vêtements, personnalisation. Si les assemblages vélos-cyclistes sont toujours en majorité marqués par des performances de genre stéréotypées, de nouvelles pratiques émergentes viennent transformer les pratiques matérielles du vélo, à la marge ou en rupture avec les normes dominantes.



Citer ce billet
Natacha Lapeyroux (2022, 2 décembre). Participation au colloque T2M et au séminaire interne Sasha. Genre et esthétique du vélo. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/oz98

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search