Journée d’étude – Genre, espace public et vélo

Cette journée d’étude est organisée dans le cadre du projet de recherche FNRS Genre et esthétique du vélo, mené à l’Université libre de Bruxelles et l’Université Saint-Louis-Bruxelles, au sein du centre de recherche CESIR (USL-B), du laboratoire Sasha (ULB) et de la structure de recherche interdisciplinaire sur le genre Striges (ULB).

Programme :

Inscriptions obligatoires ici.

9h45 à 10h – Accueil des participant·es

10h00-12h30 « Genre, espace public et vélo » – partie 1

  • Marianne Blidon (Université Paris 1-Panthéon Sorbonne) – Genre et espace public
  • Mélie Fraysse (Université Toulouse III-Paul Sabatier) – Genre, vélo et presse sportive spécialisée : entre stéréotypes sexués et modèles novateurs. L’exemple du Vélo Tout Terrain et du vélo longue distance.

A l’interface d’une sociologie du sport, du genre et des médias cette communication se propose d’interroger les modèles de genre (Connell, 1987) au sein de la presse sportive spécialisée consacrée au vélo, et plus spécialement aux pratiques dites « natures » telles que le Vélo Tout Terrain (VTT) et la longue distance. A partir d’une analyse de 4 titres majoritaires en termes de diffusion il s’agit de repérer dans un premier temps comment les figures médiatiques des sportives et des sportifs sont caractéristiques d’une juxtaposition de stéréotypes sexués traditionnels mais également de modèles beaucoup plus novateurs. En d’autres termes, si les formes les plus extrêmes de l’emphasized feminity et la masculinité hégémonique sont bien présentes, elles s’articulent à des modes de présentations plus inclusifs et largement renouvelés. Enfin, ces analyses de corpus seront mises en perspective d’un renouvellement des caractéristiques sociales du lectorat -et des pratiquant·e·s- associées à une crise de la presse écrite.

  • Claire Pelgrims (Université Gustave Eiffel) –  Les échelles du rapport esthétique entre corps et vélo : analyse de magazines vélo en Belgique, France et Suisse (1995-2020)

La construction et l’analyse d’un corpus de magazines vélo a permis de documenter l’évolution des matérialités du vélo, mais aussi du rapport corporel et affectif entre les équipements et les corps genrés. L’évolution des pratiques d’équipement souligne l’émergence de nouveaux hybrides vélo-cycliste. La relation esthétique entre corps et vélo peut être située, à des fins d’analyse, à quatre échelles interconnectées : le corps intérieur, les peaux, l’assemblage vélo-cycliste et l’aura.

12h30-14h00 – Pause déjeuner

14h-15h20 – « Genre, espace public et vélo » – partie 2

  • David Sayagh (Université Paris-Saclay) – Socialisation genrée aux pratiques cyclistes, Le renforcement des socialisations cyclistes sexuées durant l’adolescence.

Un processus de socialisation sexuée au (et par le) vélo s’opère dès le plus jeune âge à travers des injonctions sexuées véhiculées par les parents, le milieu scolaire, les médias, les jouets et les vélos eux-mêmes. Ce processus se trouve considérablement renforcé durant l’adolescence. Il s’appuie notamment sur des socialisations différenciées à l’esthétique corporelle, au risque, aux (et par les) activités physiques et à (et par) la rue. Alors qu’il est le plus souvent délaissé par les filles, le vélo représente pour les garçons un support idéal à la construction d’une masculinité hégémonique par le développement du goût du risque et de l’effort physique, ainsi que par l’appropriation de l’espace public. Ce clivage se trouve davantage prononcé en milieu populaire et dans les territoires peu cyclistes alors qu’il tend à être moins marqué au sein des franges culturelles des classes moyennes intermédiaires et supérieures, où il est courant que le vélo fasse office de support de distinction sociale par le contrôle du corps/de la santé et le respect de l’environnement

  • Sarah Bourcier (Université Saint-Louis), Natacha Lapeyroux (Université libre de Bruxelles), Claire Pelgrims (Université Gustave Eiffel) – Penser les assemblages vélo-cyclistes dans une perspective gender studies : le cas de la ville de Bruxelles.

Nous présenterons les résultats d’une enquête ethnographique menée à Bruxelles à partir d’une douzaine d’entretiens réalisés avec des personnes-ressources qui sont les témoins privilégiés des habitudes des cyclistes (vendeurs.euses, mécanicien.nne.s. services publics, etc.). Cette enquête a été complétée par une ethnographie mobile filmée (Laurier, 2013) réalisée au sein d’itinéraires qui couvrent la région bruxelloise (heures creuses/heures de pointe et rues locales et métropolitaines). Ces ethnographies mobiles ont pour but de saisir les performances de genre des cyclistes (Butler, 1990) et leur présentation de soi (Goffman, 1959) dans leurs mobilités quotidiennes : positionnement du corps sur les vélos, type de vélos, dispositifs de sécurité, accessoires, vêtements, personnalisation.

15h20-15h45 pause-café

15h45-17h00 Table ronde « Genre, infrastructures et rapport à l’objet »

  • Marik Lahon (Pro Velo)
  • Anoushka Dufeil (Gracq)
  • Depoortere Frederick (Bruxelles mobilité)
  • Raphaël Panier (Otobike)


Citer ce billet
Natacha Lapeyroux (2023, 15 février). Journée d’étude – Genre, espace public et vélo. Genre et esthétique du vélo. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/oz99

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search